À bicyclette

Les Parisiens ont vu fleurir depuis cet été ces panneaux, dits « cédez-le-passage cyclistes ».

Grâce à eux, les adeptes de la petite reine font fi du feu rouge et peuvent tourner à droite aux carrefours en croix et tourner à droite ou continuer tout droit aux carrefours en T. Une nouvelle liberté de conquise pour ces cavaliers suants ! Hourra !

Cette décision résulte directement de la dépendance d’Anne Hidalgo envers ses alliés écolos d’EELV. Incapable de leur dire non, elle se plie à toutes leurs lubies.
Ce pourrait être là une très bonne nouvelle : enfin une municipalité attentive aux enjeux environnementaux, sourde aux différents lobbies de pollueurs et donc prête à faire passer l’intérêt général devant les intérêts privés, capable d’articuler une pensée de ces dangers pour la planète à une véritable conception du monde et de la Cité, dotée d’une volonté immarcescible de mettre les moyens nécessaires à la lutte contre le réchauffement climatique et les différentes pollutions…
Hélas !, nous en sommes bien loin. Notamment parce que EELV, qui s’est arrogé de manière éhontée le monopole de l’écologie politique, est incapable de penser ces sujets, trop englué qu’il est dans la politacaillerie de bas étage. Engoncé dans sa moraline verbeuse, le parti prétendument écolo, qui passe son temps à donner des leçons de « démocratie » pour « faire de la politique autrement », n’est qu’une caricature grimaçante des pires pratiques de grenouillards démagogues. Lorsque l’on est sensible aux enjeux environnementaux, lorsque l’on a une réelle « fibre écolo », comment peut-on ne pas être révolté par le spectacle obscène qu’il donne chaque jour, par l’inanité de ses propositions, par le vide de sa pensée ? Les écolos « officiels » feraient mieux de s’intéresser vraiment à l’écologie et un peu moins à leurs postes.

Et d’ailleurs, tiens, l’un d’entre eux aurait-il la gentillesse de nous expliquer en quoi c’est écolo qu’un cycliste grille un feu rouge ?

Foutaises !

La justification proposée vaut néanmoins son pesant de cacahuètes : outre que cela « évite certains conflits entre les cyclistes et les véhicules arrêtés au feu », les expérimentations « ont montré que le passage cycliste au feu rouge n’est pas accidentogène[1] ».
Et pour cause !
Les piétons parisiens ont vite appris que le « petit bonhomme vert » ne signifie plus depuis longtemps que l’on peut traverser en toute sécurité : c’est toujours avec une suspicion angoissée qu’ils traversent, de peur de se faire renverser par un fou du guidon pour qui rouge et vert ne signifient rien. Certains de ces nouveaux panneaux – pas tous, loin de là – précisentIMG_1795 : « En laissant toujours la priorité aux piétons et aux autres usagers »… comme si cela n’allait pas de soi ! Eh bien non, cela ne va visiblement pas de soi.
Qui n’a pas déjà manqué de se faire renverser par un vélo déboulant à toute berzingue, grillant le feu rouge, souvent dans un déluge de gling-gling, quand ce ne sont pas carrément des insultes ? Personnellement, cela m’arrive au moins une ou deux fois par mois. Ma propre grande-tante nonagénaire a été ainsi renversée par un cycliste qui avait jugé que le feu rouge, c’était bon pour les autres. Bilan : chute sur le trottoir et – seulement ! – un œil au beurre noir… dommage collatéral pour la mairie de Paris ?

Soyons clair : loin de moi l’idée d’incriminer l’ensemble de la communauté cycliste parisienne, tous ne se croient pas au far-west du deux-roues, beaucoup respectent les règles et les passants.
Et je sais combien les rues parisiennes sont peu adaptées à leur moyen de locomotion, combien il est pénible de voir scooters, motos, voitures et camions occuper les rares espaces qui sont réservés aux vélos et combien cela rend dangereux leurs trajets.
Ce que je vise ici, ce sont les comportements des abrutis imbus d’un sentiment de toute-puissance qu’ils font passer avant la sécurité la plus élémentaire, et des activistes fous furieux de la « liberté de pédaler » enfermés dans une victimisation masochiste.

Mais, avant que ces derniers (qui portent tout de même une drôle de vision étriquée de la liberté !) ne tentent d’attacher mes membres à quatre vélos avant de tirer chacun de leur côté, je voudrais quand même leur poser une question : au nom de quoi s’affranchissent-ils des règles communes ? Comment peuvent-ils se considérer à ce point supérieurs à tout le monde qu’ils estiment légitime de réclamer (et obtenir !) des dérogations exorbitantes au droit ? Si nous sommes tous égaux devant le code de la route, visiblement, les cyclistes seraient plus égaux que les autres. À tel point que celui-ci se voit réaménagé juste pour eux. Parce qu’ils se sentent, à raison, plus fragiles que les véhicules motorisés, on leur accorde un privilège, sans même imaginer que d’autres puissent ressentir la même chose à leur égard.

« Les piétons n’ont qu’à adopter la même stratégie » me répondra-t-on.
Oh oui, quelle bonne idée, montons un collectif des piétons en colère qui mènerait un lobbying intense contre les cyclistes qui grillent les feux rouges et pétitionnerait contre les scooters de livraison qui font du rodéo sur les trottoirs et slaloment entre passants et poussettes[2] ! S’ils forment un groupe suffisamment important, avec une bonne com’, on peut faire bouger les choses, coco !

Hors de question !
Cette adaptation clientéliste du droit comme réponse aux revendications des intérêts privés de groupes de pression participe au délitement de la démocratie et de la République.
Rien que ça ? ben oui.
Il faut le marteler : le droit est le même pour tous, bordel ! La tendance à toujours vouloir s’extraire du lot commun au nom de spécificités spécieuses est insupportable.
Ce qu’il y a derrière ces « cédez-le-passage piétons », c’est la primauté de l’individualisme sur le collectif : les intérêts privés plutôt qu’intérêt général. Des cyclistes (pas tous, je le répète !) n’aiment pas les feux rouges parce que ça les ralentit ? Plutôt que de repenser les relations entre l’ensemble des usagers de l’espace public, on préfère répondre à leurs plaintes égoïstes de sales gosses mal élevés et pourris gâtés en rendant licite un comportement hors-la-loi.
Nous sommes exactement dans le même cas de figure que la carte scolaire sous le régime sarkoziste : parce qu’un certain nombre de personnes se considèrent au-dessus du droit et choisissent sciemment de ne pas respecter les règles édictées pour tout le monde, on décide d’abolir ces règles, au nom d’une conception complètement viciée de la « liberté ». Et si demain un groupe de pression décide que la loi qui interdit l’homicide va contre leur liberté de zigouiller tranquillement leur voisin, on va légaliser le meurtre ?!
Le code de la route, ce sont des règles qui permettent à tous les usagers de l’espace public de cohabiter. Il n’est pas parfait, loin s’en faut. Mais ce n’est pas en accordant des privilèges à tels ou tels qu’on l’améliorera.

Cincinnatus

PS. Petit jeu pour mes lecteurs : remplacer dans le texte ci-dessus « EELV » par « MEDEF », « cyclistes » par « patrons » et « code de la route » par « code du travail »…


[1] Passons sur le barbarisme qui rappelle à quel point les « communicants », qu’ils soient écolos ou non, adorent massacrer la langue française. Crétins illettrés, retournez donc en classe !

[2] Non content de vendre de la merde cancérigène, Pizza Hut and co. transforment les trottoirs en circuits de course pour ses livreurs pétaradants.

Publicités

6 réflexions sur “À bicyclette

  1. 151 bonnes raisons de faire du vélo
    (Source carfree)

    1 – Le vélo est bon pour la santé
    2 – Le vélo est bon pour le porte-monnaie
    3 – Le vélo permet de faire diminuer la pollution
    4 – Le vélo ne dégage pas d’odeurs nauséabondes comme les gaz d’échappement des voitures
    5 – En faisant du vélo, on est moins impacté par la pollution de l’air que dans une voiture confinée
    6 – Le vélo est bon pour le climat
    7 – Le vélo permet de diminuer le bruit et les agressions sonores
    8 – Le vélo ne vous transforme pas en potentiel tueur sur la route
    9 – Le vélo est favorable au maintien de la biodiversité végétale et animale (on tue moins de chat et on écrase pas de crapauds)
    10 – Le vélo est bon pour l’environnement
    11 – Le vélo diminue notre dépendance pétrolière
    12 – L’usage du vélo diminue les profits des richissimes compagnies pétrolières polluantes
    13 – Le vélo diminue la précarité énergétique
    14 – L’usage du vélo n’enrichit pas les pétro-monarchies esclavagistes du moyen-orient
    15 – La pratique du vélo ne participe pas aux guerres menées au nom du pétrole
    16 – Le vélo est un mode de déplacement adapté à l’après-pétrole
    17 – Le vélo ne participe pas au développement de l’industrie nucléaire
    18 – Le vélo participe à la mise en place d’une économie plus soutenable et d’une société plus vivable
    19 – Hors montées, le vélo vous permet d’aller plus vite qu’une voiture en milieu urbain
    20 – En moyenne, sur un trajet urbain, le vélo vous permet d’aller aussi vite ou plus vite qu’une voiture
    21 – Le vélo diminue les dépenses de santé et le trou de la sécurité sociale
    22 – Le développement du vélo permet à l’Etat de faire des économies
    23 – Entre autres, par sa moindre dépendance aux importations de pétrole, le vélo favorise une balance commerciale positive
    24 – Le vélo renforce les liens sociaux
    25 – Le vélo est un mode de déplacement convivial
    26 – Le vélo permet de s’affranchir des embouteillages
    27 – Doubler à vélo les voitures bloquées dans les embouteillages provoque une grande satisfaction
    28 – Le vélo participe à une diminution des embouteillages
    29 – Le vélo permet de passer par des voies interdites aux voitures
    30 -En cas de voies bloquées, le vélo permet un crochet sur le trottoir, pour passer le passage bloqué
    31 – Dans les zones 30, depuis l’instauration du double-sens cycliste, le vélo n’a plus à faire de détours du fait des sens interdits
    32 – Le vélo permet de voir le paysage à une vitesse raisonnable favorable à la découverte et a l’émerveillement.
    33 – Le vélo permet de renouer avec la réalité des rues, sans être enfermé dans une bulle
    34 – Le vélo développe le sens de l’orientation
    35 – Le vélo permet de bronzer
    36 – Le vélo permet de décompresser après une journée de travail
    37 – Le vélo se répare facilement par rapport à une voiture
    38 – Réparer un pneu de vélo crevé est un jeu d’enfant
    39 – Le vélo est très accessible même si on n’a pas beaucoup d’argent
    40 – On trouve des vélos partout y compris des vélos en libre service
    41 – Le vélo développe l’emploi de proximité au travers des ateliers de réparation
    42 – Le vélo peut se garer quasiment n’importe où et gratuitement
    43 – Le vélo peut s’emmener dans le train pour aller encore plus loin
    44 – Le vélo ne nécessite pas de permis de conduire et pas le code de la route non plus
    45 – Le vélo s’apprend quand on est enfant et ne s’oublie jamais
    46 – Le vélo développe l’autonomie des enfants et des adolescents
    47 – Le vélo procure un sentiment inattendu de liberté que l’on ne découvre qu’en pratiquant
    48 – Le vélo permet de transporter des charges très lourdes, d’autant plus avec une remorque
    49 – Un vélo d’occasion coûte le prix d’un plein d’essence
    50 – Le vélo ne nécessite pas la construction d’autoroutes ou autres quatre voies coûteuses et polluantes
    51 – Le vélo use moins le revêtement des routes que les modes de déplacement motorisés
    52 – Le vélo ne participe pas à l’étalement d’urbain et à la consommation d’espace que cela entraine
    53 – Le vélo participe à la mise en place d’une ville apaisée où la vitesse est limitée à 30 km/heure
    54 – Le vélo permet d’emmener ses enfants à l’école
    55 – Le développement du vélo permet de rendre les rues plus sûres et moins dangereuses
    56 – La position assise sur le vélo vous permet de prendre de la hauteur par rapport au trafic automobile
    57 – Le vélo permet de faire ses courses, que ce soit avec un panier à l’avant, un porte-bagage, des sacoches ou une remorque
    58 – Le vélo permet de ne pas payer de péages
    59 – Le vélo vous évite d’avoir à payer une assurance automobile et de connaître cette chose formidable qu’est le malus
    60 – Le vélo vous évite les excès de vitesse et les flashs des radars
    61 – Le vélo vous évite d’avoir à fréquenter les garagistes et les stations-service
    62 – Le vélo vous évite de vous endetter pour acheter une voiture tout en perdant la moitié de sa valeur au moment de sa revente
    63 – Le vélo permet de se déplacer sur deux roues sans avoir à porter un casque (mais bon, chacun fait ce qu’il veut)
    64 – Le vélo permet de se déplacer par ses propres moyens tout en restant assis
    65 – Le fait de se déplacer par ses propres moyens à vélo est très gratifiant
    66 – Le vélo est idéal pour faire du tourisme et découvrir le territoire
    67 – Le vélo permet de traverser l’Europe en suivant les véloroutes européennes
    68 – Le vélo se pratique aussi bien en ville qu’à la campagne, sur route que sur chemin
    69 – Le vélo est favorable à la relocalisation des activités économiques, comme le petit commerce par exemple
    70 – Le vélo bénéficie d’une image positive dans la société
    71 – Le vélo fait maigrir
    72 – Le vélo développe la musculature
    73 – Le vélo permet de fortifier les os
    74 – Le vélo permet de faire du sport tout en se déplaçant
    75 – Le vélo vous permet d’économiser un abonnement à un centre de remise en forme
    76 – Le vélo permet d’avoir un joli fessier sur la plage
    77 – Le vélo diminue le stress et l’agressivité
    78 – Le vélo vous débarrasse de l’inquiétude permanente liée à la voiture
    79 – La pratique du vélo ralentit la respiration
    80 – Le vélo est bon pour le cœur et réduit les accidents cardio-vasculaires
    81 – La pratique du vélo augmente l’espérance de vie
    82 – Le vélo favorise une meilleure qualité du sommeil
    83 – Le vélo permet d’avoir un meilleur équilibre
    84 – Le vélo est un stimulant mental qui permet d’être éveillé et alerte
    85 – La pratique du vélo améliore la concentration
    86 – Le vélo met de bonne humeur
    87 – La pratique régulière du vélo rend insensible au froid, à la pluie, aux intempéries et même à la chaleur
    88 – Le vélo est un mode de déplacement adapté à l’échelle humaine
    89 – Un vélo pliant permet de passer partout et peut s’emmener n’importe où
    90 – Un vélo à assistance électrique peut vous aider à parcourir de longues distances même si vous avez des problèmes physiques
    91 – De multiples types de vélos spéciaux et adaptés existent pour les personnes handicapées
    92 – Le vélo se pratique à n’importe quel âge
    93 – Les statistiques montrent que plus il y a de vélos en circulation et plus chaque cycliste se retrouve en sécurité
    94 – Les statistiques montrent que plus il y a de vélos en circulation et moins il y a d’accidents de la circulation
    95 – La présence de vélos, apaisant la circulation des autres véhicules, sauve la vie de piétons, motards et automobilistes
    96 – Le vélo utilise environ deux fois moins d’énergie qu’en marchant sur une distance comparable
    97 – Le vélo permet de se déplacer 3 à 4 fois plus vite qu’en marchant
    98 – Pour un moindre effort, le vélo permet de se déplacer 2 fois plus vite qu’en courant
    99 – Le vélo est le mode de déplacement qui a le meilleur rendement énergétique tous modes de déplacement confondus
    100 – Le vélo permet d’avancer sans pédaler dans les descentes et sans se fatiguer sur le plat
    101 – Il n’est pas nécessaire d’avoir une condition physique particulière pour faire du vélo
    102 – En roulant sans forcer et en utilisant bien les vitesses, on n’arrive pas en sueur et au bout du rouleau à destination
    103 – Le vélo permet de continuer à marcher tout en tenant son vélo à la main quand on n’a plus envie de faire du vélo
    104 – On peut faire du vélo même quand il neige et on va en général plus vite à vélo qu’en voiture quand il y a du verglas
    105 – Dans certaines villes où le tourne à droite aux feux est autorisé, il est possible de tourner aux feux rouges en toute légalité
    106 – Dans les zones 30 ou les zones de rencontre, il est possible prendre les sens interdits à vélo en toute légalité
    107 – On peut faire du vélo dans les rues piétonnes
    108 – Le vélo génère une multitude d’activités de livraison qui favorisent le développement de l’emploi
    109 – Il faut moins d’un quart d’heure pour faire 3 kilomètres à vélo alors qu’un trajet en voiture sur deux fait moins de 3 km
    110 – Une place de stationnement de voiture permet de garer au moins 10 vélos
    111 – Pour une même unité de surface en ville, il est possible de faire circuler 7 fois plus de personnes à vélo qu’en automobile
    112 – Avec le vélo, plus jamais d’amendes pour stationnement illégal
    113 – Votre vélo ne terminera jamais à la fourrière
    114 – A vélo, plus besoin de tourner en rond des heures pour trouver une place de stationnement
    115 – Le vélo exige peu de ressources non renouvelables pour sa construction telles que les métaux ou les plastiques
    116 – Le vélo vous évite d’user vos chaussures
    117 – Le vélo permet de montrer aux autres votre tenue vestimentaire tout en vous déplaçant
    118 – Le vélo permet d’éviter les transports en commun quand ils sont bondés
    119 – Un trajet à vélo coûte moins cher qu’un ticket de bus
    120 – Le vélo permet de vous affranchir des horaires des transports en commun
    121 – Le vélo permet de s’arrêter n’importe où quand on rencontre quelqu’un ou que l’on veut faire une course rapide
    122 – Le vélo est le seul mode de déplacement mécanisé permettant de faire réellement du porte-à-porte
    123 – Il y a des milliers de sortes de vélos dont l’un correspond forcément à votre style
    124 – Un bon vélo peut durer des années
    125 – Le vélo limite le risque de dépression par la production d’endomorphine de type euphorisant
    126 – Le vélo permet de manger sans compter car vous brûlez les calories
    127 – Le vélo est tendance car toutes les stars s’y mettent
    128 – Le vélo permet de rester jeune dans son corps et dans sa tête
    129 – Le vélo aide à arrêter de fumer car la sécrétion d’endomorphine d’effort a un effet substituant à la nicotine
    130 – Le vélo possède une sonnette agréable à l’oreille et non pas un klaxon désagréable
    131 – Le vélo a de multiples avantages
    132 – Le vélo fait travailler les muscles intestinaux ce qui est bon pour le transit et réduit le risque de cancer du côlon
    133 – Il est prouvé que les personnes qui se déplacent à vélo sont en moyenne moins souvent malades
    134 – Le vélo améliore la résistance générale de l’organisme face aux affections bénignes
    135 – Le vélo donne bonne mine
    136 – Le vélo vous évitera d’insulter les autres usagers de la route
    137 – Le vélo vous permet d’agir pour la planète à votre niveau
    138 – Le vélo permet de mieux connaître sa ville
    139 – Le vélo nécessite peu d’entretien
    140 – Les vélos actuels sont de moins en moins fatigants
    141 – Il y a de plus en plus d’aménagements cyclables pour faire du vélo
    142 – Le vélo est statistiquement légèrement moins dangereux que la voiture et énormément moins dangereux que les deux-roues motorisés
    143 – Un vélo pèse en moyenne 7 fois moins qu’un homme alors qu’une voiture pèse en moyenne 20 fois plus qu’un homme, cherchez l’erreur
    144 – On peut faire du vélo tout en étant habillé très classe
    145 – On peut faire du vélo à deux sur un tandem
    146 – Le vélo participe à la transition énergétique
    147 – Le vélo est ludique
    148 – Vélo est l’anagramme de Love
    149 – La pratique régulière du vélo peut devenir un véritable mode de vie qui transformera votre vision des choses
    150 – Le vélo c’est beau
    151 – Le vélo rend heureux

    Mais bon, vous faites comme vous voulez.

    J'aime

    • Votre liste à la Prévert est tout à fait amusante.
      Encore une fois, je ne m’attaque pas au « vélo » en tant que tel, ni même aux cyclistes, mais à un certain nombre d’individus qui se comportent
      1/ comme des cow-boys, persuadés qu’ils sont au-dessus des règles élémentaires de la sécurité et deviennent des dangers pour l’ensemble des usagers de la voie publique, piétons en premier lieu (de ce point de vue, votre point n°8 me semble erroné) ;
      2/ comme des enfants gâtés qui hissent leurs désirs privés au-dessus de l’intérêt général et choisissent de défendre par tous les moyens du lobbying et de la nuisance une conception égoïste et viciée de la liberté individuelle contre l’universalité de la loi.

      Cincinnatus
      https://cincivox.wordpress.com/

      J'aime

  2. whaou, une réponse du maitre des lieux, j’en suis flatté et honoré, sachez que j’apprécie beaucoup vos textes que je déguste petit a petit comme quelque nectar de l’esprit.

    Trêve de flagornerie, retournons à nos vélos.

    Le point 8 de la liste ( – Le vélo ne vous transforme pas en potentiel tueur sur la route) trouve sa justification dans le point 143 (– Un vélo pèse en moyenne 7 fois moins qu’un homme alors qu’une voiture pèse en moyenne 20 fois plus qu’un homme, cherchez l’erreur).

    C’est peut être un détail pour vous mais si vous le prenez dans les tibias, ce sera un détail dur à encaisser, (surtout au niveau de la rééducation).

    Que les cyclistes soient obligés de se conduire en renégats de la route ( et des trottoirs) et en terroriseur de mémés pour arriver à bon port est certes déplorable mais n’est pas entièrement de leur fait.

    Testez le vous même au guidon, le tissu urbain est quasi entièrement dévolu à la voiture, et cela depuis les années 1950, boulevards, rond points et autre rocades sont soit des pièges mortels, soit des barrières infranchissables sans véhicule.
    Les ‘drive » de toute sorte se multiplient, les parkings sont obligatoirement et légalement inclus dès la mise en plan d’un immeuble.

    Tous ces avantages a l’usage obligatoire de la voiture sont implicites, acceptés, et de ce fait, invisibles.

    Est-ce normal ?
    Est-ce cohérent ?
    Est-ce irréversible ?

    Alors, oui, certains cyclistes sont des abrutis, vulgaires et attifés comme des arbres de noël mais ils font un effort que le commun des mortels ne sait plus faire.

    Déplacer son cul sans bouffer la biosphère, alors un petit avantage comme le tourne a droite ou la possibilité de remonter un sens unique en zone 30 que vous n’avez pas évoqué est toujours bon a prendre.

    Car méditons tous cet aphorisme de mon cru, (non cherchez pas un calembour, y en a pas).

    Un cycliste, même habillé en lycra fluo et con comme un balai, fait pour le même effort et sans pétrole, 4 fois plus de kms, 4 fois plus vite qu’un écolo a pied dissertant sur le dérèglement climatique.

    Avant de rejoindre chacun leur bagnole… bien entendu.

    Bonne journée.

    J'aime

    • Cher Alain, je suis flatté et heureux de savoir que vous appréciez mes bafouilles.

      Je ne suis pas loin de partager votre point de vue sur le vélo. Encore une fois, mon petit pamphlet est dirigé contre des comportements individuels et collectifs mais certainement pas contre l’ensemble des cyclistes.

      Je ne vous rejoins pas lorsque vous écrivez : « que les cyclistes soient obligés de se conduire en renégats de la route… » Il me semble que personne n’est jamais obligé de violer la règle ni de devenir un danger pour les autres. Si les voitures sont un danger pour les cyclistes, certains d’entre eux oublient qu’ils en sont aussi un pour les piétons. On ne peut demander : « voitures, faites attention à nous » sans, réciproquement, faire aussi attention aux piétons.

      En revanche, je suis d’accord avec vous quant à l’inadaptation complète de la voirie et de l’urbanisme parisiens aux autres moyens de transport que la bagnole… et encore ! Soyons honnêtes : essayer de circuler en voiture à Paris, c’est aussi désagréable. Je plaide donc, non pas pour des dérogations à la règle commune dictées par le clientélisme, mais bien pour un travail global sur l’espace urbain et les circulations qui se ferait de manière publique et dans l’intérêt général. Ce qui me chagrine, c’est l’idée que parce que je ne suis pas content de la loi, je vais gueuler et intimider jusqu’à ce que j’obtienne un passe-droit juste pour moi, tant pis pour les autres. C’est exactement ce que demande le MEDEF avec le droit du travail, et tant de lobbies pour tel ou tel règlement, telle ou telle disposition qui ne leur convient pas. Et merde au bien commun. Ben… non.

      Enfin, quant aux bienfaits du vélo sur l’environnement, je n’en doute absolument pas. En ce qui me concerne, et je ne me ferai jamais prosélyte, je préfère la marche : je la trouve plus douce encore, plus romantique, plus philosophique. Elle est le temps de l’observation et de la méditation.

      Très bonne journée à vous !

      Cincinnatus

      J'aime

  3. Pingback: Ci-gît la République | CinciVox

  4. Pingback: L’enfer du flâneur | CinciVox

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s