Ces incultes qui nous gouvernent

Quel chemin parcouru, génération après génération, dans ce qui ressemble à une course au vulgaire. Sans remonter jusqu’à des temps mythologiques, contentons-nous d’observer cette increvable Ve République et ses monarques successifs. Le Général, homme de plume et d’épée, le normalien banquier-poète Pompidou, le lettré florentin Mitterrand et même l’ingénieur Giscard ou le faussement grossier Chirac qui préférait cacher sa passion des cultures dans sa part d’intime : chacun à sa manière a chéri la culture. Une anecdote amusante : je me suis récemment prêté avec un plaisir pervers à une drôle d’activité – revoir l’ensemble des débats d’entre-deux-tours des élections présidentielles depuis que ce rituel médiatique existe. Ces hommes pouvaient bien s’affronter sur tous les sujets, un consensus les frappait d’évidence : quelles que fussent les économies à promettre, incontinents, pour se faire élire, tous s’accordaient à ne pas toucher aux budgets de l’éducation ni à diminuer le nombre des enseignants. Saine lucidité ! Lire la suite

Le cas Macron

2014-11-17_emmanuel_macron_ministre_de_l_economie_de_lindustrie_et_du_numerique_at_bercy_for_global_entrepreneurship_week_7eme_cae_conference_annuelle_des_entrepreneursNom : Macron
Prénom : Emmanuel
Surnom : « le Mozart de la finance », « le Taré du troisième étage » (par Michel Sapin, son colocataire à Bercy), « le Coucou », « le petit marquis poudré » (par Laurent Fabius quand celui-ci dirigeait la diplomatie française), « Brutus »…
Parti : En Marche (avec un jeu de mots très subtil sur les initiales)
Famille de pensée politique : libéral chimiquement pur

Lire la suite

La danse du centre

Il y a quelques mois, j’ai proposé une analyse des guerres idéologiques qui se jouent à gauche et à droite, ainsi que des recompositions qui s’organisent entre les différents courants de pensée qui s’y affrontent. Alors que j’y montrais la vacuité du clivage gauche-droite en ce qui concerne les représentations idéologiques, pourquoi n’avoir pas fait une place particulière au centre dont un certain nombre de membres défendent eux aussi le dépassement des vieilles catégories et la formation de nouveaux regroupements ?

Lire la suite

2017 : la course à l’abîme (4)

La saison 1 de CinciVox touche ici à sa fin. Rassurez-vous, ce blog reviendra à la rentrée !
En attendant, voici le dernier épisode de notre petite récréation de politique-fiction.
(Pour le début de l’histoire : le premier épisode, le deuxième et le troisième)

*

La fortune tourne et tourne encore
Et les hommes vivent et meurent, écrasés
Le ciel reste bleu

*

Les éditorialistes, embarrassés par les outrances de Sarkozy, préféraient fustiger le « populisme » de Montebourg et Le Pen, affiché en unes du Monde, du Point et de l’Express, et faisaient de Bayrou leur nouveau champion… à son corps défendant !

Lire la suite

2017 : la course à l’abîme (3)

Troisième épisode de notre récréation estivale. Les deux premiers peuvent être lus ici et .

*

Les primaires à gauche comme à droite avaient rendu leur jugement : Nicolas Sarkozy et Arnaud Montebourg étaient les candidats de leurs camps respectifs.

Dans les jours qui suivirent, d’autres concurrents se déclarèrent. Lire la suite

2017 : la course à l’abîme (2)

Suite de notre petite nouvelle de politique-fiction. Le premier épisode est à retrouver ici.

*

Enfin arrivèrent les Grande Primaires Populaires (#GPP).
S’y affrontaient Nicolas Sarkozy, François Fillon, Alain Juppé, Xavier Bertrand, Bruno Le Maire et Jean-Christophe Lagarde. Toutes les autres velléités avaient été douchées, y compris celles d’Hervé Mariton que Sarkozy avait réussi à convaincre de le rallier. Lire la suite

2017 : la course à l’abîme (1)

Je ne souhaite pas réagir ici à chaud à l’actualité : pour l’épidermique spontané, il y a twitter (@CinciVox). Je reviendrai donc plus tard sur le vote d’hier soir en Grèce et sur ses conséquences, lorsque le jour sera couché et que la chouette de Minerve pourra prendre son vol.

En attendant, pour s’amuser un peu avant une pause estivale bien méritée, je vous propose la première partie d’une petite récréation en forme de politique-fiction autour de l’élection présidentielle de 2017.

*

Tout avait quand même sacrément mal commencé.
Fin 2015, le petit sursaut de croissance ne rendait que plus douloureux les résultats toujours pires sur le « front du chômage » comme disent les journalistes. L’accroissement de la courbe du chômage avait pour symétrique exact la chute de la popularité de l’exécutif. Plus ça montait, plus ça descendait. Hollande atteignait de tels gouffres qu’il n’apparaissait même plus en public.

Lire la suite